Le Conseil du Coton et de l’Anacarde à Durban : une option pour la qualité et la transformation ( DGA)

by dunuya / Nov 22, 2021 / 0 comments

Le Conseil du Coton et de l’Anacarde était présent, du 15 au 21 novembre 2021, à Durban (Afrique du Sud), plus précisément dans le Kwazulu Natal, pour prendre part à la foire commerciale intra-africaine (IATF), l’un des plus importants espaces de la Zone de libre-échange continentale (Zlecaf).

La délégation du Conseil du Coton et de l’Anacarde était conduite par le Directeur Général Adjoint, Monsieur Berté Mamadou. Pour ce dernier, il s’agit de tisser une toile de partenariats susceptibles de répondre aux attentes dans le cadre de l’appui à la transformation et à la maîtrise des technologies de transformation de la noix de cajou.

Mais aussi, de mettre en œuvre toutes les stratégies pour faire de la Côte d’Ivoire une destination privilégiée pour les éventuels investisseurs.

 «Nous sommes à 15% de notre transformation. Mais il faut aller vite pour accélérer la cadence. Il y a un dispositif qui est mis en place pour voir comment les nationaux peuvent intervenir dans le cadre de la transformation et en améliorer le niveau dans les cinq années à venir », nous a confié le Directeur Général Adjoint.

En effet, d’après une note d’information transmise à Abidjan.net, les activités du Conseil du Coton et de l’Anacarde s’inscrivent parfaitement dans le cadre du Plan national d’investissement agricole (Pnia) et la Vision 2030 de la Côte d’Ivoire qui installent résolument la Côte d’Ivoire sur le chemin de la transformation des richesses agricoles. Il suffit de rappeler l’inauguration de l’extension de l’usine de broyage de cacao, la plus grande unité de transformation de fèves de cacao au monde (170 000 tonnes) pour comprendre les enjeux de la qualité et de la transformation des produits agricoles.

« C’est une bonne opportunité, affirme M. Berté Mamadou, d’être à cette foire qui consacre la nature des relations qu’on peut développer avec les autres pays qui mettent l’accent sur la qualité de la production agricole et la possibilité de procéder à une transformation qui bénéficient aux paysans et à tous les acteurs des filières. Nous avons enregistré pas mal d’intentions de la part des opérateurs qui ont visité notre stand. Ils veulent mieux comprendre ce que nous faisons dans les deux filières et le contexte de l’environnement des affaires et surtout les avantages spécifiques accordés aux investisseurs. Parmi les visiteurs, beaucoup ne savent pas que la Côte d’Ivoire est le premier pays producteur de l’anacarde. A ce stand, nous prenons grand plaisir à expliquer aux visiteurs ce qui les intéresse effectivement sur le Coton et l’Anacarde »

 

C’est le lieu de préciser que l’anacarde fait partie des 16 filières prioritaires en matière d’amélioration de la productivité, l’industrialisation en vue de leur intégration dans les chaînes de valeurs mondiales, ce qui est de nature in fine à augmenter les revenus des producteurs et à créer des emplois, conclut la note.

 

 

 

A.N

Comments (0)

Leave a comment